Pourquoi parle-t-on peu des violences conjugales sur les hommes et comment réagir en tant que victime ?

Pourquoi parle-t-on peu des violences conjugales sur les hommes et comment réagir en tant que victime ?

En général, lorsqu’on parle de violence conjugale, ce sont les personnes de sexe féminin qui sont considérées comme victimes. Pourtant, de nombreux hommes subissent quotidiennement des agressions dans leur foyer. Le problème, c’est qu’ils n’arrivent pas à enclencher une procédure judiciaire par honte ou à cause du mépris de la société pour le sujet. Pour quelles raisons personne ne parle des hommes battus par leurs conjointes ? En tant qu’homme, que faut-il faire lorsque vous êtes victime de violences conjugales ? Nous allons vous apporter les réponses à ces questions dans la suite de cet article.

Pourquoi les hommes victimes d’agressions conjugales préfèrent le silence ?

En termes d’agressions conjugales, c’est le sexe féminin qui est très souvent considéré comme la victime principale. L’enquête CVS réalisée en 2019 par l’Insee révèle pourtant que 28% des agressions dans un couple sont subies par le sexe masculin. Un pourcentage qui représente plus de ¼ du chiffre total. Cependant, le nombre de plaintes reçu d’hommes pour des affaires de violences dans le couple ne concorde pas avec ces chiffres. Ceci pour deux raisons principales : le sujet est considéré comme tabou ou les plaintes des victimes ne sont pas prises au sérieux.

A lire aussi  Résiliation de l'assurance emprunteur : l'impact des critères de solvabilité sur le droit de résiliation

Agressions des hommes dans un couple, un sujet tabou

La première raison pour laquelle les hommes victimes d’agressions conjugales n’engagent pas des procédures judiciaires, c’est que la société considère cet aspect du sujet comme tabou. Ils ne mesurent pas réellement la portée des sévices corporels ou moraux que leur infligent leurs partenaires. En clair, la perception de la société des violences conjugales sur les hommes accroît la honte de ces derniers d’aller porter plainte au commissariat. Bien au contraire, ils se sentent encore coupables et restent dans l’espoir que tout s’arrangera bientôt.

Ceux qui osent porter plainte reçoivent des remarques vexantes et sarcastiques

Si beaucoup d’hommes victimes de violences de la part de leur épouse n’arrivent pas à se plaindre, c’est à cause de la mauvaise expérience de certains qui l’ont déjà fait. En effet, certains hommes deviennent des sujets de railleries lorsqu’ils portent plainte pour agressions conjugales. Même dans les commissariats où ils sont censés être écoutés, ils reçoivent des remarques cinglantes et assez vexantes comme. Autant de remarques qui démontrent que ce genre de plainte n’est pas pris au sérieux. Ceci parce que l’homme serait un être viril, puissant et fort. On n’arrive pas à l’imaginer entrain d’être battu par « le sexe faible ».

Ce qu’il faut faire pour obtenir réparation

Un homme qui subit des agressions au sein de son couple doit en parler sans honte avec son avocat ; la chose la plus primordiale étant d’aller porter plainte. Ceci doit être fait le jour où de l’agression ou au plus tard le jour suivant. Une fois la plainte reçue, la police procède à une constatation des blessures et de l’état de stress-panique de la victime en l’envoyant aux urgences médico-judiciaires. Ces derniers devront ensuite fournir un constat médico-légal à l’issue de l’examen médical. Toutefois, avant d’aller porter plainte il est indispensable que la victime rassemble les preuves nécessaires pour étayer sa déposition. C’est pourquoi il est primordial qu’elle prenne, le jour des agressions, des photos d’elle-même. Les ordonnances et autorisations d’arrêt de travail doivent aussi être conservées pour servir de preuve lorsqu’une procédure judiciaire est engagée. C’est une précaution pour se préserver d’éventuels mensonges de la femme sur le déroulement des faits.

A lire aussi  Analyse juridique des interdictions de vente de sextoys dans différents pays