Est-ce possible de conduire après la consommation de CBD ?

Depuis novembre 2020, la consommation de CBD a été autorisée en Europe par un arrêté de la cour de justice de l’Union européenne. Elle est devenue monnaie courante chez certains consommateurs et le nombre des offres sur le marché ne cesse de se multiplier. Quelles sont les conséquences du CBD sur la conduite ?

Définition du CBD

Le CBD est un produit issu de la plante de chanvre. Il est autorisé en France vu qu’il ne présente aucun effet psychotrope sur le cerveau, contrairement au THC. Toutefois, la consommation de CBD est réglementée et doit suivre certaines conditions :

  • Le CBD doit être fait à partir de variétés de chanvre autorisées. Il doit également avoir une teneur inférieure à 0,2 % en THC.
  • Les produits CBD doivent être conçus à partir des fibres ou des graines de la plante. En revanche, les produits CBD issus des feuilles ou des fleurs de chanvre sont interdits.
  • Le CBD qui a des bienfaits anti-anxiolytiques et anesthésiants peut être utilisé pour alléger les douleurs et réduire le stress.

Les effets du CBD sur la conduite

Lorsque vous consommez du CBD, ses effets peuvent être très rapides. Aussi, ils durent plusieurs heures. Le CBD provoque des migraines, de la fatigue, des vertiges ou des nausées, selon la résistance de votre corps. En revanche, la consommation de CBD vous aide à vous relaxer en engendrant un relâchement des muscles et une baisse de concentration. Par conséquent, votre concentration diminue et peut augmenter le risque d’accident. Pour éviter les accidents de la route, après avoir consommé du CBD, il est recommandé de ne pas prendre le volant. Vous devez attendre 6 à 7 heures avant de reprendre le volant.

A lire aussi  La disposition de la loi sur le statut des enfants mineurs

Le risque du CBD en cas de conduite

Pour que le CBD soit commercialisable, son taux de THC est limité à 0,2 %. Cette norme a été fixée par l’Union européenne. Toutefois, la législation française n’a pas encore décidé sur le taux de THC accepté au volant, contrairement à l’alcool. En cas de conduite, ce taux est facile à détecter. Si vous venez de consommer un CBD, un test salivaire est efficace pour la confirmer. Parfois, des conducteurs sont déjà poursuivis suite à un dépistage.

Toutefois, si vous êtes positif au test salivaire, un second test sous assistance médicale est réalisé. Il consiste à prélever un échantillon de sang. Il incombe ensuite au médecin de déterminer avec précision la concentration de substances psychotropes dans votre sang. Ce second test permet également d’éviter les faux résultats. Lorsque l’infraction est relevée, la police retient votre véhicule ou votre permis de conduire. Le juge d’instruction est cependant prévenu et vous pouvez être convoqué au tribunal.

Les sanctions probables pour une conduite sous l’influence de CBD

Le Code pénal prévoit de lourdes sanctions en cas de consommation de drogues illicites au volant. Si vous conduisez sous l’emprise de stupéfiants, vous serez passible de sanctions, comme le retrait de 6 points sur votre permis de conduire, le paiement d’une amende allant jusqu’à 4 500 euros, la suspension de votre permis de conduire allant jusqu’à 3 ans ou la peine d’emprisonnement allant jusqu’à 2 ans.

Les principales raisons d’accidents sur la route sont en général l’alcool et la vitesse. L’association de l’alcool avec d’autres produits, notamment le CBD, multiplie les accidents. L’application de test salivaire depuis 2017 a permis aux forces de l’ordre de contrôler un plus grand nombre d’usagers de la route. Ils n’ont plus également besoin de se déplacer vers les centres hospitaliers pour confirmer le test, ce qui leur fait gagner du temps. Le test salivaire offre également aux forces de l’ordre de mieux lutter contre la délinquance au volant.

A lire aussi  Le droit entourant les produits de contrefaçon